· 

Comment surmonter le stress et l'angoisse ?

Tu dois la connaitre, cette sensation. Cette boule qui te serre la gorge, ou le ventre. Qui t'entraves dans ton moi-penseur. Stresser, c'est pourtant une émotion humaine - mais désagréable, c'est vrai. Le stress, l'anxiété ou l'angoisse font partie de la même famille. Elle concentre aussi les phobies par exemple, et peuvent avoir des facteurs déclencheurs ou non. Mais elle désigne surtout une réaction physiologique et psychologique face à une contrainte ou un changement. Il est nécessaire dans la vie, mais au quotidien, durant des années, des mois, le stress peut avoir des conséquences désastreuses ! 😧

 

Nous avons commencé à nous pencher sérieusement sur le stress il y a une centaine d'années. Rapidement,  les médicaments destinés à apaiser le stress et l'anxiété, comme les barbituriques, sont apparus. Cependant, leurs effets secondaires et leur forte capacité à rendre les personnes dépendantes et potentiellement entraîner leur mort (la zone entre la dose demandée par le corps et la dose létale se réduisant au fur et à mesure des prises) ont fini par leur faire mauvaise presse. Mais depuis, d'autres médicaments ont vu le jour, et leur consommation a explosé  🚀Anti-dépresseurs, somnifères, relaxants musculaires, ... Dans une société où l'on doit cacher sa vulnérabilité, où on doit être performants dans tous les domaines, où l'on est sans cesse stimulés, la solution ne serait-elle pas ailleurs ?

Cacher les symptômes et ne pas chercher la cause

🥀 Depuis quelques temps, on commence à voir sur internet des méthodes pour apaiser son stress de manière douce et naturelle. Cependant, on peut encore trop souvent tomber sur des forums et des sites qui incitent directement le gens à consulter lorsque le stress se fait ressentir pour se faire prescrire des médicaments afin de mieux dormir, ou se sentir moins anxieux. Cependant, la prise de médicaments n'enlève en rien la cause de ces symptômes : elle ne fait que les cacher. Est-ce vraiment la solution ? Pour les personnes se faisant suivre pour des troubles anxieux ou de la dépression, je ne cherche absolument pas à minimiser, et je ne me mettrais jamais à la place de votre médecin. Mais la nécessité est là : il faut chercher déjà les causes, comment les améliorer, puis enfin ACCEPTER et/ou AGIR. Et ne pas se laisser bouffer par l'étiquette que l'on vous colle, peu importe vos neuroatypies, car elle ne vous définit pas en tant que personne.

 

Cette notion de cacher les symptômes et ne pas chercher la cause est une notion que l'on retrouve particulièrement en nutrition par exemple, ou pour les maladies. En nutrition, on préfère donner des médicaments pour apaiser les brûlures d'estomacs ou les troubles de la digestion plutôt que d'apprendre aux gens à manger correctement et à éliminer certains produits industriels de leur alimentation.

 

En ce qui concerne les maladies, nous avons complètement zappé l'humain dans sa globalité, que nos pensées et nos émotions sont souvent les facteurs précurseurs, et encore une fois, nous préférons souvent prendre une pilule ordonnée par un médecin plutôt que de rechercher dans son mode de vie et sa manière d'être ou son état d'esprit s'il n'y a pas des choses à améliorer, des choses à changer, des besoins à combler. C'est ok, car souvent il est trop tard et si nous nous dirigeons vers la médecine c'est que nous ne savons pas quoi faire face à cela. Mais c'est là que le bât blesse. Il en est de même pour le stress, l'anxiété et l'angoisse ! Je ne vous apprends rien lorsque je vous dit que le stress augmente considérablement le taux de risques de maladies cardio-vasculaires, de problèmes thyroïdites, de burn-out, de troubles de l'alimentation, etc.

Nous ne cherchons plus à interpréter les signaux de notre corps, nous en sommes déconnectés car souvent personne ne nous a appris à le faire, à moins de s'y être intéressé soi-même. Puis, nous cherchons des solutions rapides à l'inconfort sans chercher la source de problème, souvent lorsqu'il est déjà bien installé, et parfois pas de la bonne manière. Mais le principal reste de faire de son mieux, et de savoir développer sa propre bienveillance.

 

Pourquoi je te parles de tout ça ? J'ai très longtemps été soumise à mes vagues d'anxiété. Elles ne m'ont jamais vraiment empêchée de faire des choses comme partir travailler loin de chez mes parents, aller habiter dans un autre pays, changer de travail, etc. mais cela découlait et découle parfois encore sur mon estime de moi, sur mon amour de moi. Sur le fait que je pourrais faire toujours mieux, que je ne suis pas assez, etc. Mais j'y travaille. En effet, je me suis rendue compte que je serais toujours un minimum stressée, et que mon devoir était plutôt de l'apaiser et d'apprendre à l'accepter, plutôt que de vouloir à tout prix l'étouffer et stresser de ne pas y arriver !

 

Je vais partager avec vous quelques unes des solutions qui se s'ont offertes à moi ces derniers temps ! 🌱

Quelles solutions pour apprendre à cohabiter avec son stress ?

ACCEPTER

 

Je sais que ça peut paraître impossible pour la plupart des stressés, mais c'est l'une des étapes les plus importantes. Ne pas accepter cette sensation, c'est lui laisser plus de place et plus d'emprise sur soi, et donc plus de dégâts à long terme. 

Le stress et l'anxiété ne sont pas en soi des états négatifs, c'est plutôt la manière dont on y réagit qui l'est. Les symptômes sont désagréables, ok. Que puis-je bien faire pour les soulager ? Quels sont mes besoins ? ⭐ Ce sont des questions sur lesquelles il y est intéressant de se pencher dans ces moments.

 

J'aimerais faire une petite aparté concernant les crises d'angoisses. Celles-ci m'ont régulièrement secouées de mes 5 ans à mes 22/23 ans (je n'en ai pas fait depuis une petite année). Les plus violentes ont étés celles d'il y a 1 an/2 ans. Lorsque je  me sentais partir (sensation de mort imminente), j'avais tendance à résister, à vouloir me cacher pour ne pas montrer ce qu'il se passait. J'ai même commencé à en faire en voiture ! Après pas mal de réflexion, j'ai fini par mettre le doigt sur mes différentes sources de stress, bien que je n'avais pas spécialement d'éléments déclencheurs à mes crises, et ça à été mon premier pas d'agir dessus (en l’occurrence, poser une démission et me lancer officiellement à mon compte, me recentrer sur moi, explorer de nouvelles perspectives et de nouvelles connaissances, me reconnecter avec mes passions, trouver plus de temps pour pratiquer des activités physiques et créatives, etc.). J'ai développé ma propre bienveillance. Lorsque je suis dans des phases difficiles, j'essaie de me rappeler que ça ne va pas durer. Je met en place des actions pour me sortir de cet état d'esprit ou je le laisse me traverser. L'action ou l'acceptation 🌼

 

 

LA MÉDITATION ET LA PENSÉE POSITIVE

 

 

 Le truc qui me paraissait le moins crédible lorsque j'ai commencé à me pencher sur mon propre bien-être. Et pourtant ... à ce jour, je dirait que la méditation est l'une des choses qui me calme le plus en cas de gros coup de stress ou période stressante. Je dirais que la méditation est un véritable cadeau à celui qui s'en donne le temps. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise manière de faire, il faut simplement lâcher prise, se concentrer sur ce merveilleux cadeau qui est une respiration profonde et sereine.

 

🧘‍♀️ La méditation est un excellent outil dans la gestion de ses émotions, et du stress en général. Elle permet de prendre du recul, de ne plus se laisser diriger par son moi penseur, par les pensées qui tournent sans cesse en nous.

 

👐 La pensée positive, quant à elle, permet d'implémenter dans son cerveau des pistes ou des petites graines qui se développent jour après jour. C'est s'affirmer des phrases, en les écrivant, les incantant, les incarnant, afin de créer de nouvelles perspectives dans son esprit ! 

 

L'idée de ces activités n'est pas de cacher les choses, son stress ou ses émotions, mais bien de les améliorer si on en prends la décision et que l'on est prêt à agir pour cela. Cependant, pas de pression ! La course au bien-être qui se développe en ce moment peut elle-même générer une source de stress. Aller à son rythme, c'est déjà très bien, et peu s'en accordent la possibilité. C'est super d'essayer, et d'en tirer un maximum de positif.

 

 

LE MOMENT PRÉSENT

 

 

La chose la plus difficile pour moi, et j'imagine que je ne suis pas la seule. Comment ne pas faire de projections dans un monde en train de changer ? En terme de consommation, de climat, etc. Personnellement, ce sont vraiment des questions auxquelles je ne peux m'empêcher de penser, bien que je n'ai absolument aucune prise dessus. Mais quand je m'en rends compte, j'essaie de ramener mes pensées sur ce qui se passe dans ma vie à l'instant présent.

 

Cependant, il est nécessaire de comprendre que l'anticipation est un facteur de stress particulièrement important, je dirais même le plus important.

Il est souvent associé à la déprime de rester trop dans le passé, et à l'anxiété de trop se projeter dans le futur. Le bonheur se situerais dans l'instant présent, dans le fait d'apprécier chaque petite chose de la vie, de l'air qui entre dans ses poumons, au soleil qui caresse sa peau, au fait d'avoir un toit sur sa tête, ... Pas simple tous les jours, je vous l'accorde. Mais cela s'avère très efficace par moment, et peut parfois offrir de beaux moments de grâce : dans un beau paysage, en forêt, avec des personnes que l'on aime, ...

 

A ce propos, se reconnecter à la nature est un bon moyen de se reconnecter au présent. Aller se balader en forêt ou en bord de mer peut immédiatement changer votre humeur. Pratiquer une activité physique aussi bien-sûr, au delà de tous les bénéfices que cette activité peut apporter, permet bien souvent de se mettre dans un état de flow (j'écrirait un article dessus). Se mettre quelques minutes au soleil, prendre un repas pris sans aucune distraction extérieure, pratiquer une activité créative, manuelle, faire l'amour, ... 🌸

 

Si vos pensées sont maussades, que vous vous sentez épuisés, changer votre physiologie peut changer votre psychologie. Se bouger, se connecter au moment présent, ou simplement accepter que c'est un moment à passer, voilà des solutions qui peuvent concrètement être mises en place.

En bref ...

Doit-on vraiment surmonter ou supprimer le stress ? Devrions nous peut-être plus l'apaiser ou apprendre à cohabiter avec, non ? Je pense pour ma part qu'il n'existe pas de solution binaire, un monde avec ou sans stress, car pour avoir de la lumière, il faut de l'ombre. Non, je pense plutôt qu'il faut apprendre à faire avec, à se donner les moyens de l'apaiser si on en prends la décision pour sa propre santé mentale et physique, et développer sa bienveillance et son intelligence émotionnelle

 

Améliorer ma vision sur le stress m'a beaucoup apaisée, car cela à toujours été quelque chose qui me faisait procrastiner et qui bousillait mon estime de moi. Je pense sincèrement que nous devrions tous faire en sorte de trouver des solutions adaptées à nos besoins pour améliorer notre bien-être général, pour nous même avant tout. Manger correctement, dormir suffisamment, pratiquer une activité sportive, et prendre du temps pour se déconnecter et se connecter à soi sont nécessaires à notre équilibre. Et lorsque les vagues de stress sont trop puissantes, laisser faire et écouter ses besoins sous-jacents  sont déjà des solutions apaisantes pour son bien-être.

 

Quelles sont les choses que tu aimerais mettre en place pour apaiser ton stress ?

Écrire commentaire

Commentaires: 0